Elysée 3 : de la France

Le mal-être de la France. Il y a un malaise français, source d’une souffrance française. Hostile au libéralisme, rétive au modèle anglo-saxon, allergique à la mondialisation, la France s’est perdue de vue dans les trente piteuses.

 photo 2 élysée

1/ Le mal-être de la France 

Il y a un malaise français, source d’une souffrance française.

Hostile au libéralisme, rétive au modèle anglo-saxon, allergique à la mondialisation, la France s’est perdue de vue dans les trente piteuses.

Les Français ne trouvent de raisons d’espérer, ni dans leur niveau de vie, ni dans la modernité du moment, ni dans les perspectives à venir... La souffrance peut se mesurer aux nombres d’arrêts maladie dans les entreprises, à la surconsommation d’anxiolytiques, voire au chiffre pharamineux d’un Français sur deux consommateurs de drogues diverses.   

La perte de confiance, l’état de défiance peut se mesurer par la méfiance vis-à-vis de toutes les représentations : plus de 50% des Français pensent que les médias mentent ; pour 70% d’entre eux, les élu(e)s sont corrompus. Il suffit de se pencher sur les réseaux sociaux pour mesurer le déferlement de haines anonymes.

Il y’a un sentiment de relégation, ou une peur du déclassement pour le plus grand nombre. Et pour le reste, c’est la détestation de la « position obscure », dans une société où tout est image, celle dont Bourdieu indiquait : « On peut appartenir à un univers prestigieux, mais n’y occuper qu’une position obscure. Être le musicien perdu dans l’orchestre ». Quand il n’y a plus de dessein collectif la position obscure devient insupportable. Cette amertume sociale a une raison, la fin des grandes idéologies qui structuraient ou transcendaient les existences. 

Le tout marché et sa religion libérale ont fait place à un individualisme consommateur. Celui-ci est activé par l’envie de consommer ce que les autres ont et qu’on n’a pas. Le tout marché fonctionne sur l’état de frustration constant. Et cette jalousie consommatrice rejaillit sur tous les rapports humains. 

Mais ce malaise français commence par celui de ses élites, revenues de tout et déconstruisant tout. Elles sont passées en trente ans, du « tout est politique » au politiquement correct, congédiant la politique, et de la revendication d’égalité en toute chose à la morale. La morale dépolitisée et la gestion technocratisée interdisent de penser tout lendemain radieux. Il s’en suit un aquabonisme envahissant alors les têtes et les cœurs. Le Pen père ne déclarait-il pas « je suis le seul à faire rêver les Français " ? Un comble !

C’est ici que l’on retrouvera aussi les raisons du retour de la famille, du religieux, et des réseaux sociaux. La France, comme nombre pays, se replie. 

Mais il y’a d’autres conséquences, le rôle central de l’école qui fut le repère d’un siècle se vivant dans les Lumières. Ce tuteur de la République est attaqué, anémié, secondarisé. L’explosion de l’Internet a fait reculer le maître, sachant la toute-puissance des jeux et de leurs influenceurs à créer un redoutable concurrent pour l’éducation.

La juxtaposition de communautés, l’inégalité spatiale, l’émiettement sociologique, conséquence du recul des deux piliers français, l’agriculteur et l’ouvrier, minent le sentiment d’appartenance. Il s’articule maintenant autour de la ville, la région, la France et l’Europe. Les repères se brouillent et se superposent. L’identité est elle-même plurielle.  

La France qui se vivait singulière et fière de son bon droit historique peine à trouver son sens dans le marché mondial où l’argent est la valeur absolue.  

Les mutations économiques, l’économie de l’immatériel, sont venues déstructurer plus encore le monde visible. 

Nous sommes passés d’une société mobilisée par la lutte des classes, à une société émolliente vivant dans la peur de l’autre.

Le projet fédérateur doit prendre en compte cette donne. Il ne peut être l’addition de mesures technocratiques. 

2 / Le désert industriel français

On a souvent dit que l’exode rural fut à l’origine de l’hégémonie culturelle et politique du communisme français. La désindustrialisation est à l’origine de la montée du national-populisme français. La désindustrialisation a ossifié les inégalités.

L’immense masse des Français est agglutinée devant les vitrines de la réussite. La césure, entre ceux qui vivent de leur réussite et ceux qui survivent sans réussite, est sociologiquement déstructurant et symboliquement structurante.

L’industrie, par exemple, est passée de 5,6 millions de salariés dans les années 70/80 à 2,7 millions de salariés aujourd’hui. La part de l’industrie manufacturière a diminué de 22,3 % à 11,2 %. C’est une véritable saignée : métallurgie, sidérurgie, mines, construction navale, automobile…il suffit de se promener dans la vallée de la Somme, dans le couloir rhodanien, dans les bassins miniers, dans les ex-régions sidérurgiques de l’Est, ou encore dans le Nord, pour mesurer que le désert français est d’abord industriel.

Le taux de pauvreté est de 13,6%. Certes, il est de 20% en Italie et 23 % en Espagne. Le nombre de travailleurs pauvres est de 7,5 % en France, certes il est de 9,5% en Allemagne. Mais la pauvreté est là, présente, prégnante, envahissante. Un véritable précariat s’est installé. Il taraude la société. C’est le gouffre qui menace tous. Les études montrant que les Français avaient majoritairement la peur de la relégation. 

Il n’y a pas de projet politique possible sans s’attaquer à cette société duale, sans volonté de faire reculer la pauvreté, sans lutte contre le précariat, sans mobiliser la société pour le bien commun. 

Même si la pauvreté est moins forte que dans d’autres pays d’Europe grâce aux dépenses sociales qui sont en France de 31,5 % du produit intérieur brut, mais le financement de celle-ci repose sur une pression fiscale terrible pour tous les salariés. Au total, impôts, taxes, redevances, contributions sociales représentent 45,8% du PIB, un ensemble le plus fort de l’Europe. Ces impôts financent ce qui permet à la France de tenir ensemble, tout en ayant des trous énormes dans la raquette : nous avons près de 9 millions de pauvres, dans une Europe qui en compte 80 millions.  

Mais cette contribution au filet social, devient pour l’individu consommateur insupportable. 

Pour baisser l’impôt, tout en rémunérant le capital, il faut donc s’attaquer au « social » et à la dépense publique, c’est à dire les fonctionnaires. La réduction des fonctionnaires fait partie du truisme de l’idéologie dominante contemporaine. Mais elle a comme conséquence, la paupérisation du service rendu au public. Santé, police, école pour ne citer qu’eux : non seulement ceci mine ceux qui sont fonctionnaires, mais donne le sentiment réel de l’inefficacité de l’impôt pour nos concitoyens.

Dans le modèle libéral codifié par le consensus de Washington, on est passé de la stricte discipline budgétaire, la réorientation de la dépense publique, la privatisation etc., à l’attaque contre l’État social et sa théorie de la dépendance aux allocations. D’où la réforme du travail, visant à réduire le poids des charges liées à la rémunération du travail pour doper la compétitivité.

Cette politique a alimenté des profits colossaux. Une masse monétaire, considérable, flottante, cherchant des taux de rentabilité record, et alimentant un marché financier fictif produisant régulièrement des bulles spéculatives. Mais aussi, finançant la dette des pays industriels et permettant, par exemple, à l’État français de compenser la réduction de l’impôt. Mais tout le monde sait que le moindre retournement du marché signifie l’étranglement du budget. On danse sur un volcan.

Dans le même temps, les dégâts sociaux sont considérables. Jean-Louis Borloo déclarait dans son rapport remis au premier ministre en 2018, qui le classa immédiatement verticalement dans sa poubelle : « il est clair que l’écart des chances d’avenir selon les territoires, les origines sociales, la géographie urbaine, ne cessent de croître ».

La crise des gilets jaunes est dans ce diagnostic.

La boucle est bouclée. La désindustrialisation couplée au moins disant social, a conduit à de multiples fractures, alimentant le malaise français. 

La révolution de l’immatériel n’a fait qu’amplifier le phénomène.  

Tant qu’un projet de réindustrialisation ne sera pas porté, la France s’enfoncera lentement dans cette spirale et le marasme. Évidemment cette réindustrialisation ne peut être celle des années 60. Elle ne peut être seulement celle des start-up, pauvres en emplois, dépendante de la data, dominée par les USA et des composants, où la Chine s’est taillée la part du lion. Il faut inventer un « green factory ».

3/ Un jacobinisme castrateur 

Mais la France souffre aussi de son jacobinisme. Il y a une contradiction fondamentale entre la centralisation verticale de l’État français et la décentralisation horizontale de la France.

Combien de présidents de région m’ont dit : « nous faisons les fins de mois de l’État ». Où : « l’État ne sait plus soutenir l’économie, voire, l’innovation c’est dans ma région » Combien de maires m’ont expliqué, exemples à l’appui qu’ils se battaient en première ligne, seuls sans l’État contre les exclusions de toutes sortes. Les villes sont inclusives et donc plus protectrices, mais l’État vient de les priver de toute marge de manœuvre autonome avec la suppression programmée de la taxe d’habitation.

Si la centralisation verticale jacobine a eu des vertus permettant les trente glorieuses et accompagnant la décolonisation, elle est aujourd'hui un obstacle à la nouvelle France.

Il y a comme une dé-légitimation de l’État. Car nous sommes passés de l’État garant de la cohésion sociale, à l’État garant du libre marché. 

Il y a un risque de thrombose français par un monopole l’État, important et indolent.

Et donc la combinaison de la désindustrialisation et d’un jacobinisme obsolète et castrateur, conduit à ne pas pouvoir saisir le nouveau monde écolo-numérique, source de croissance nouvelle et de dessin commun. 

Il est temps de redonner le pouvoir au Parlement, qui de fait, aujourd'hui ne signe que les bulles présidentielles. 

Il est temps de redonner l’initiative aux régions source d’une nouvelle efficacité et d’une nouvelle imagination et donc d’une nouvelle France.

Il est temps de libérer les énergies, et de mettre l’imagination partout. Il est temps de faire à nouveau respirer la France.

Il faut attaquer le mal être français à la racine, pour créer les conditions d’un renouveau français. Puis, sur cette base et sur cette base seulement, s’attaquer aux modernisations sociales.  

Il faut trouver le chemin de l’égalité réelle : l’éducation, la ségrégation territoriale, la fracture culturelle et numérique, mais aussi les inégalités sanitaires et alimentaires.

Il faut travailler à un « green factory », c’est à dire l’écologie par la production. Et reprendre pied dans l’économie de l’immatériel pour une réindustrialisation, et ceci en s’émancipant des veilles recettes du libéralisme. 

Il faut une nouvelle France plus girondine libérant les énergies.