À lire !


jcc bonnes vacances

  • - Le naufrage des civilisations d’Amin Maalouf chez Grasset  

Amin Maalouf continue à observer le monde. Comment ne pas partager sa vision d’un monde en décomposition ? Il y a chez cet auteur pertinent une tristesse, comme il dit, du monde d’hier, de son monde. Cette nostalgie qui n’est plus ce qu’elle était. Et c’est à partir de son monde arabo-musulman, qui n’est plus le Levant pluriel, qu’Amin Maalouf résume son analyse : celle "du grand retournement qui a métamorphosé toutes les sociétés humaines et dont nous serions à présent les héritiers hagards".

Je préfère, pour ma part, la métamorphose au retournement. Elle est source d’espoir pour le sursaut qu’Amin Maalouf appelle de ses vœux. Il n’en reste pas moins que l’on est saisi par la pertinence du propos des descriptions et de l’analyse... A lire d’urgence.

- Les figures de la gauche depuis 1789 sous la direction de Michel Winock, Éditions Perrin 

Dans cette époque où la perte de mémoire est érigée en vertu, ce livre doit trôner dans votre bibliothèque. Il s’agit d’une série de portraits : Robespierre, Olympe de Gouges, Louise Michel, Gambetta, Guesde, Jaurès, Blum, Mendès France, Beauvoir, Mitterrand ou Rocard etc. Il y a même celui d’Arlette Laguiller. Le tout servi par de remarquables historiens replaçant ces femmes et ces hommes dans l’histoire et leur histoire. Une manière intelligente et pédagogique pour dire aux jeunes générations “qui n’a pas de passé, n’a pas d’avenir”. Et s’il faut nécessairement un renouveau, voire des ruptures, elles s’inscrivent dans une communauté humaine qui a fait de la justice sur terre son drapeau. A noter le chapitre consacré à Michel Rocard par l’excellent Alain bergougnioux. Vous comprendrez à la lecture, que l’inventeur de la deuxième gauche n’a rien à voir avec Emmanuel Macron, qui veut l’enrôler dans sa deuxième droite

- Le peuple contre la démocratie de Yascha Mounk Editions l’Observatoire

Yascha Mounk est professeur de théorie politique à l’université de Harvard. Il nous livre un ouvrage vivifiant sur la démocratie mise à mal par les populistes de tout poil. Mais principalement en tentant une contre-offensive intellectuelle anti-Trump. 

À partir d’une mise en garde salvatrice, les démocraties peuvent mourir. L’auteur décortique les ressorts du populisme. La capacité à retourner tous les concepts de ces derniers n’est plus à démontrer. La fameuse sentence de Viktor Orbán : la victoire de Trump marque la transition de la "non-démocratie libérale" à la “démocratie réelle”. L’originalité de la thèse est qu’elle ne s’en tient pas qu’à la colère ou à l’indignation. Elle analyse l’énergie que recèle le populisme. Si on peut questionner le nationalisme contrôlé que préconise Mounk, il ne fait pas de doute que son interrogation sur le nouvel état providence pour le rendre efficient est des plus intéressants.  A lire peut-être pas sur la plage ; 500 pages avec les annexes. Attention aux coups de soleil.  

- La guerre des métaux rares de Guillaume Pitron, Editions Les Liens qui Libèrent  

Ce livre dévoile, tel un polar, la face cachée de la transition énergétique et numérique. Et cela est stupéfiant ! 

Non seulement l’auteur démontre qu’en nous émancipant des énergies fossiles, nous sombrons en réalité dans une nouvelle dépendance, celle de matériaux rares ... tantale, cobalt, induim, tungstène ou lithium. Ils sont indispensables à la nouvelle société écologique (voiture électrique et panneaux solaires) mais aussi numérique (nos chers écrans). 

Il y a bien-sûr un coup à ce nouveau capitalisme. Mais il est l’objet d’une guerre géopolitique entre les États-Unis et la Chine. Les premiers dominant les données, même si les chinois progressent. Les seconds cherchant à dominer les composants. Les chinois courent la planète pour acquérir les gisements de matériaux rares.

Quand on apprend que la Bolivie est en proie à une OPA chinoise source de gisements comme en Afrique. On est éberlué par cette guerre d’avance pour la maîtrise de l’énergie de demain indépendamment des dégâts environnementaux. Et ainsi on comprend mieux l’ire de Trump contre Huawei ou l‘intérêt pour la Corée du Nord qui aurait d’immenses réserves de matériaux rares.  

Et le livre nous apprend que s’il était un pays "le cloud", il se cesserait au cinquième rang mondial en termes de demande d’électricité.   

Le livre ne préconise pas de ne rien faire, mais de bien faire en sachant ce que nous faisons ...