Place à la social écologie

 JCC télé F2

Emmanuel Macron a perdu son plébiscite. Marine le Pen est réinstallée. Et c’est elle qui est en marche maintenant. La démocratie est en danger. Tel est le résultat de deux ans de politique jacobine, solitaire, misant sur les populismes pour se maintenir.  

Un système pervers s’est mis en place. 
Un président affaibli, isolé, ne pouvant réunir le pays pour faire obstacle à Marine Le Pen. Emmanuel Macron a perdu 1 million de voix par rapport aux législatives, Marine Le Pen en a gagné 2,5. 
Il ne peut ni rassembler ni battre seul Marine Le Pen.

Mais il n’y a pas d’alternative. Et donc la démocratie va vers l'abîme. La démocratie est à découvert face au national-populisme. 
La droite, vu sa défaite, ne peut pas l’être. C’est à la gauche de se rassembler pour le faire dès les municipales. La gauche, si elle est unie, peut battre l’extrême droite dès les municipales. C’est le sens de l’appel que j’ai lancé ce soir sur France 2, puis sur France info.

Le verrou du populisme de gauche a sauté lors de cette élection. Place à la social-écologie qui est le cœur d’un nouveau progressisme. C’est la base d’un nouveau pôle à refonder.
Le sursaut du Parti socialiste ne doit pas être un sursis. Il doit prendre à bras le corps cette nouvelle donne. Il faut tout repenser, tout refonder. 

L’heure n’est pas aux entreprises solitaires, avec des vieilles méthodes et de vieux projets. L’heure est à la refondation doctrinale ; car la refondation sera doctrinale ou ne sera pas.

La Gauche n’a pas le droit à l’erreur car le national-populisme souffle sur la nuque de la France.