La vie n’est pas une biographie de Pacsal Quignard - Galilée

la vie nest pas une biographie

Je lis, avec ravissement, depuis « Les escaliers de Chambord » l’écrivain. Il est l’un des plus importants de notre temps.  

Dans « La vie n’est pas une biographie », l’objet livre, par sa dimension, inspire le respect de la chose écrite. Nous ne sommes pas dans l’éphémère de notre époque. Mais dans le silence de ce qu’on lit.

L’argument est résumé par l’auteur ; « les rêves n’émettent pas la montée idée de cause. Les rêves sont encore vivants, non les phrases, ils errent. On ne saurait faire un tissu si continu de ses désirs, ni des actions où ils se projettent ou qu’ils inventent, qu’ils puissent passer pour vraisemblable ». 

Vous voilà prêt pour le voyage dans des strophes aussi poétiques que pénétrantes. 

Allez encore une pour la route.

« Sénèque à Lucilius : Unum introitum, multos exigus dédit. Une seule entrée dans ce monde - tandis que de si nombreuses portes s’offrent pour le quitter ». « Les écrivains et les chats, dans leur extrême sédentarité, s’enfoncent dans leur monde ». 

« Ils se coulent dans un espace dont ils font une sphère, dans leurs plaids, leurs oreillers, leurs coussins. Ils se blottissent circulairement dans leur rêveries autonomes et solitaires. On ne les entend plus. On ne les voit plus. ils s’aiment … ».

« Allez, mets ça sur ton pain », comme on dit en Bretagne, « et déguste ».