Violences policières dans les manifestations

 BACHEROT 10 mai 2

Le pavé sur les manifestants

Le geste n'est pas excusable mais explicable. Les policiers n’ont pas à jeter des pavés ou gifler des manifestants. Cela doit être dit et sanctionné, le cas échéant. 

Nous en sommes là : un pays où manifestants et forces de l’ordre sont à bout.

Salpêtrière

Monsieur Castaner est à la base de la polémique. Il utilise sciemment les termes  "attaque d’un hôpital". Cette intrusion n’était pas une attaque. Il le fait à dessein, car il applique les éléments de langage d’Emmanuel Macron : c’est nous ou le chaos (...).

Monsieur Castaner est toujours porte-parole du gouvernement ou délégué général de la république en Marche. Il n’est toujours pas entré dans le costume du ministre de l’intérieur (...).

Monsieur Castaner a décidé son point de presse. Il a voulu dire politiquement quelque chose : encore une fois, (...) ce sont des émeutiers, et le gouvernement, la république en Marche, c’est l’ordre. Ils sont le parti de l’ordre (...).